19 mars 2009

Les "sans-papiers" ou le rouleau compresseur du politiquement correct

Quelques centaines de manifestants dans la rue, dont bon nombre d'étudiants et d'illégaux. Il n'en faut pas plus pour que tous les médias en fassent les gros titres, les "unes". C'était l'information du jour. Le monde pouvait s'écrouler. Qu'importe. N'oublions pas les "sans-papiers" !

Pas un avis divergent. Tous d'accord. Tous les médias francophones soutiennent la régularisation des "sans-papiers". Unanimement. Sans réserve. Sans critique. Aucune. Les arguments les plus débiles sont présentés comme vérités absolues. Aucun débat possible. Pourquoi un débat ? Les "sans-papiers" ne sont-ils pas tous intelligents, travailleurs, cordiaux ? Ne vont-ils pas nous sauver ?

En France, en Italie et dans les autres pays d'Europe, des intellectuels se seraient élevés contre ces demandes de régularisations massives. Le débat, la contradiction auraient été portés dans et par les médias. Chacun aurait pu se faire son opinion. Pas en Belgique. Qui sombre dans la dictature de la non-pensée.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Et pourtant, beaucoup de belges sont contre cet afflux massif de "réfugiés" et ont une vue réaliste sur les raisons qu'ont ces gens de venir ici. Seulement, ils n'osent pas le dire trop fort. Un système s'installe, certains sujets sont tabous ("sans-papiers", adoption par des homosexuel, ...) ! Si vous avez des ados à la maison, vous vous rendrez compte à quel point on les "endoctrine" sur ces sujets là. Pour un oui, pour un non, on se ferait traiter de raciste !